Blépharoplastie : Les complications

Les complications envisageables

Une blépharoplastie, bien que réalisée pour des motivations essentiellement esthétiques, n'en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale ce qui implique les risques liés à tout acte médical, aussi minime soit-il.

    Blépharoplastie

    Il faut distinguer les complications liées à l'anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

    • En ce qui concerne l'anesthésie, lors de la consultation, le médecin anesthésiste informera lui-même le patient des risques anesthésiques. Il faut savoir que l'anesthésie induit dans l'organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser : le fait d'avoir recours à un Anesthésiste parfaitement compétent, exerçant dans un contexte réellement chirurgical, fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables. Il faut savoir, en effet, que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d'immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l'intervention est réalisée en dehors de l'urgence et chez une personne en bonne santé.
    • En ce qui concerne le geste chirurgical : en choisissant un Chirurgien Plasticien qualifié et compétent, formé à ce type d'intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement.

    Heureusement, les vraies complications sont rares à la suite d'une blépharoplastie réalisée dans les règles. En pratique, l'immense majorité des interventions se passe sans aucun problème et les patient(e)s sont pleinement satisfait(e)s de leur résultat.

    Pour autant, et malgré leur rareté, vous devez quand même connaître les complications possibles :

    Hématomes

    La plupart du temps sans gravité, ils doivent êtres évacués s'ils sont trop importants.

    Infection

    Exceptionnelle lors d'une blépharoplastie, à part quelques rares micro-abcès développés sur un point de suture et facilement traités par de petits soins locaux. Une simple conjonctivite sera prévenue par la prescription habituelle de collyres les premiers jours.

    Anomalies de cicatrisation

    Très rares au niveau des paupières où la peau, très fine, cicatrise habituellement de façon quasiment invisible, il peut toutefois arriver que les cicatrices ne soient pas, à terme, aussi discrètes qu'escompté.

    Kystes épidermiques

    Ils peuvent apparaître le long des cicatrices, s'éliminent souvent spontanément, sinon sont faciles à enlever et ne compromettent pas la qualité du résultat final.

    Troubles de la sécrétion des larmes

    Un larmoiement persistant est plus rare qu'un "syndrome d'œil sec" qui vient parfois décompenser un déficit en larmes préexistant.

    Ptosis (difficulté à ouvrir complètement la paupière supérieure)

    Très rare, sauf au-delà de 70 ans où un déficit préexistant peut parfois être majoré par l'intervention.

    Lagophtalmie (impossibilité de fermer complètement la paupière supérieure)

    Possible les tout premiers jours suivant l'intervention, sa persistance au-delà de quelques semaines ne devrait pas se rencontrer.

    Ectropion (rétraction vers le bas de la paupière inférieure) :

    La forme majeure est rarissime au décours d'une blépharoplastie correctement réalisée. La forme mineure ("œil rond") survient parfois sur des paupières peu toniques soumises à une rétraction cicatricielle intempestive ; elle finit la plupart du temps par s'estomper après quelques semaines de massages pluri-quotidiens destinés à assouplir la paupière.

    Autres

    Enfin, des cas tout à fait exceptionnels de diplopie (vision double), de glaucome (hypertension oculaire) et même de cécité après blépharoplasties, ont été rapportés dans la littérature scientifique internationale.